Bloody Fleury : c’est parti ! [du 2 au 4 février à Fleury/Orne]

Salut à toi Ô Lecteur mon ami !

Pour la troisième année consécutive ta librairie préférée est partenaire de ce super festival dédié à toutes les littératures policières : Bloody Fleury !

Sache que cette année encore il y en aura pour tous les goûts : des thrillers, des romans noirs, des polars américains (!!!), des polars pour les grands, des polars pour les petits, des BD-polars (avec la librairie BD’R’Art) et des polars d’occasion (avec le Coin du Polar).
Tu trouveras le programme complet de Bloody Fleury en suivant ce lien
Je ne t’en dirai pas beaucoup plus aujourd’hui, Ô Lecteur mon ami : je me dois de rester un peu mystérieux !
Ci-dessous, quelques photos qui résument bien ces dernières semaines :
préparer un festival, c’est du boulot !

Polars dans la boutique.

 

Polars dans la vitrine.

 

 

Pouy dans la vitrine.

 

Hinkson dans la vitrine.

 

Milian dans la vitrine.

 

Polars dans mon salon…

Rendez-vous donc vendredi 2 février à partir de 16h30 !
Vive le polar et vive Bloody Fleury !

Rencontre avec Frank Lanot jeudi 18 janvier

Salut à toi, Ô Lecteur mon ami !

La fidélité, chez Eureka Street, ce n’est pas seulement sous forme de “carte” (de fidélité…) que nous la pratiquons…
La camaraderie, chez Eureka Street, ce n’est pas seulement envers les auteurs que nous la défendons : tu le sais bien, Ô Lecteur mon ami, que nous sommes tes amis, tes camarades de lecture !
Quant au retour à la terre, chez Eureka Street, c’est avec le Camion-Livre que nous roulons dans la boue !

C’est encore de fidélité, de camaraderie, de retour à la terre, mais aussi des liens qui nous unissent au passé, aux maisons, au pays, aux autres dont il est question dans : Retour à Blanchelande, le troisième roman de Frank Lanot qui vient de paraitre chez Le Passeur éditeur.

Et nous avons le plaisir de t’inviter à venir rencontrer Frank Lanot le jeudi 18 janvier 2018 à partir de 18h30 !
C’est Christine Hauzé-Delgado , professeure de lettres, qui nous fera l’amitié d’animer cette rencontre-dédicace avec Frank Lanot.

Résumé de Retour à Blanchelande :
A la mort d’Antoine, Simon découvre Blanchelande, un hameau de Normandie
où son ami s’était retiré. Quand meurt un camarade, qu’advient-il de
l’amitié ? Quel avenir la mémoire invente-t-elle ? Sur les traces
d’Antoine, Simon rassemble les amis d’autrefois, unis dans leur passion
intacte pour le football, et met ses pas dans ceux du disparu. A
Blanchelande, il rejoue à sa manière cet exil loin des fourmillantes
cités. L’âme de la maison, enracinée au coeur des paysages normands,
conquiert Simon qui prend conscience des promesses et des menaces du
moment présent, en même temps que de la séduction profonde des années
enfuies. Antoine, l’intellectuel retiré du monde, avait fait la
rencontre de Slimane, un gamin venu des quartier périphériques de la
ville voisine. Simon, à son tour, prendra l’enfant sous son aile. Mais
Tariq, le frère aîné en voie de radicalisation, refuse cette relation
presque filiale qu’il identifie à une trahison. Que peut répondre
l’amitié face à la violence qui monte ? Retour à Blanchelande est le
roman de la nostalgie des liens que le temps n’efface pas et des
retrouvailles avec des territoires ancrés dans une longue tradition.

Rendez-vous donc jeudi 18 janvier à partir de 18h30 !
Qu’on se le dise & Venez nombreux  !

Rentrée Littéraire suite & fin : venez découvrir le magnifique “Femme à la mobylette” de Jean-Luc Seigle !

Salut à toi, Ô Lecteur mon ami !

Continuons nos rencontres avec des
écrivains d’aujourd’hui :
après Frank Magloire (Destination) et
Bernard Allays (Le Goût des ruines) en octobre, 
Lola Lafon (Mercy Mary Patty) en
novembre,
ce mois-ci, viens rencontrer un autre
écrivain qui explore le réel : Jean-Luc Seigle.

Comment l’onde de choc de
l’Histoire et/ou de l’évolution de la société pénètre la vie
ordinaire des gens et peut quelquefois l`empoisonner : c’est tout le
sens du travail de Jean-Luc Seigle.
 
Il réactive ici un genre qu’ont
magnifié Hugo et Zola ; insuffle du beau, du sentiment, du
romanes­que dans ce qui pourrait n’être qu’un tragique fait
divers
” Fabienne Pascaud.
Femme à la mobylette : le titre évoque
le tableau bien sombre d’un Maitre flamand.
Abandonnée par tous avec ses trois
enfants, Reine n’arrive plus à faire face. Sa vie finit par
ressembler à son jardin qui n’est plus qu’une décharge. Son
horizon paraît se boucher chaque jour davantage, alors qu’elle
porte en elle tant de richesses. Seul un miracle pourrait la
sauver… Et il se présente sous la forme d’une mobylette bleue.
Cet engin des années 1960 lui apportera-t-il le bonheur qu’elle
cherche dans tous les recoins de ce monde et, surtout, à quel prix
?
Jean-Luc Seigle dresse le portrait entêtant d’une femme
ordinaire au bord du gouffre. Ce faisant, c’est une partie de la
France d’aujourd’hui qu’il dépeint, celle des
laissés-pour-compte que la société en crise martyrise et oublie.
C’est un autre écrivain, Frank Lanot,
qui interrogera Jean-Luc Seigle, vous pouvez lire ici : Livre Échange
le très bel article qu’il lui consacre dans la revue du Centre
Régional des Lettres.

Rendez-vous jeudi 7 décembre à 18h30,
avec Jean-Luc Seigle et Frank Lanot.

Rendez-vous avec Lola Lafon jeudi 16-11-2017

Jeudi 16 novembre à 18h00, nous recevons Lola Lafon pour Mercy Mary Patty, publié chez Actes Sud : 
quelle joie, Ô Lecteur mon ami, d’accueillir pour la seconde fois Lola Lafon et son “concentré de présence contagieuse qui verticalise le lecteur” (selon les mots d’une lectrice enthousiaste) !

La première fois, c’était en avril 2014, Lola nous avait lu, chanté des extraits de La petite communiste qui ne souriait jamais. Ce roman qui interrogeait la trajectoire de la gymnaste Nadia Comaneci était aussi une passionnante méditation sur l’invention et l’impitoyable évaluation du corps féminin.

 “Si mon précédent roman interrogeait la façon dont les systèmes politiques s’affairent autour des corps de jeunes filles, Mercy, Mary, Patty
s’attache à l’instant du chavirement, du choix radical et aux procès
qu’on fait subir à celles qui désertent la route pour la rocaille, des
procès similaires sur trois siècles, au parfum d’exorcisme.
Mercy, Mary, Patty
est semé du sable des Landes où se déroule le récit, ses grains
minuscules enrayent la fiction d’un monde « civilisé » auquel on se
devrait de prêter allégeance.’’
Lola Lafon

Mercy Mary Patty c’est le roman de Patricia Hearst, petite-fille du célèbre magnat de la
presse William Randolph Hearst, qui, en février 1974, est enlevée contre rançon par un
groupuscule révolutionnaire dont elle ne tarde pas à épouser la cause…
Alors qui a lavé le cerveau de Patty Hearst ? Son milieu social ou ces gauchistes ?
La question de son libre arbitre crée un événement mémorable dont la résonance va également ravir
l’existence de trois femmes de générations différentes : une Américaine
et deux Françaises tour à tour attachées à comprendre et reconfigurer
cet épisode. 
Par sa relecture de l’affaire Hearst et de son impact
médiatique et politique, Lola Lafon s’empare d’une icône américaine paradoxale, de son rayonnement dans l’espace public et du
chavirement qu’elle a engendré dans le destin de ses héroïnes. 

« Lola Lafon réunit, dans une fiction en
perpétuelle métamorphose, des femmes qui ont, un jour précis, tourné le
dos à leur routine, à leur identité initiale.
Tous les personnages féminins de ce livre époustouflant vivent en
déséquilibre, mais elles écrivent leur liberté, l’affirment devant leurs
familles qui s’affolent, leurs parents qui refusent, la société choquée
par tant d’impudence.
 »
Christine Ferniot, Télérama

Alors Lecteur mon Ami, on s’en occupe pas correctement de ton cerveau chez Eureka Street ? 

Rendez-vous jeudi 16 novembre à 18h00 pour une lecture par Lola Lafon de Mercy Mary Patty.

(Déc) Ouvrez le Soupirail ! Jeudi 19 octobre 2017 (18h30)

Salut à toi, Ô Lecteur mon Ami !
Nous cherchons toujours, tu le sais, de quoi te nourrir, te surprendre, te bouleverser, t’intéresser, te faire rire…et te faire venir dans notre belle librairie.

Fais avec nous un pas de coté, laissons là le classement des meilleures ventes et passons par cette ouverture qui donne un peu d’air et de lumière : Le Soupirail.
Le Soupirail est une maison d’édition indépendante exigeante, qui construit son catalogue dans le temps, avec audace et flair.
L’éditrice, Emmanuelle Viala Moysan le sait bien que patience et longueur de temps font plus que…
Alors elle fabrique de beaux livres, qu’elle accompagne longtemps, écrivant à la fin de chaque livre une postface inspirée.
L’ex-Parisienne n’en est pas à ses
débuts. Elle a déjà travaillé dans le monde de l’édition. Mais “tout y est segmenté. En créant Le Soupirail, lorsque
je suis venue en Normandie, j’ai voulu retrouver la proximité avec
les auteurs en les accompagnant dans leur travail d’écriture”.
“C’est un travail sur la langue et
le rythme. Je veux être happée dans un univers littéraire. Je ne
cherche pas à éditer des livres élitistes mais il faut qu’ils
soient exigeants en apportant un vrai regard sur notre monde”.
Le catalogue ? Depuis sa création, la maison d’édition a publié seize livres. On y trouve des romans et des
premiers romans également, nouvelles, textes courts et de la poésie. Des auteurs contemporains, plumes émergentes ou confirmées, français et étrangers avec une continuité et un suivi de ces écritures.
Jeudi 19 octobre, Le Soupirail sera présent avec deux de ses auteurs, Franck Magloire et Bernard Allays.
Franck Magloire, auteur de Ouvrière, Éditions de l’Aube 2002, En contrebas, Éditions de l’Aube 2005, et de Présents, Éditions du Seuil 2012 vient de publier Destination.
Il me semble que les temps actuels convoquent leur cohorte d’orages, qu’il plane sur nos enfances comme une ombre urgente”
Destination interroge la déshumanisation des dernières décennies dans un aller retour entre l’intime et le collectif, une plongée au cœur de la mémoire et de la puissance des mots. “Devenir ce voyageur immobile qui contemple le visage décrépit de son pays”. E. Moysan

“Chaque lecteur est un voyageur itinérant au bagage léger, contenant cette part miraculeuse de la langue.”

Bernard Allays a publié Le gout des ruines au début 2017, c’est son premier roman.
“Simon, c’est un personnage devenu indifférent au monde
qui l’entoure à force de saturation. Il vit dans notre monde qui
est assez matérialiste, cynique et nihiliste, ce qui est représenté
par son ami Gilles. Il veut se débarrasser de ça, de ce qui est
nocif pour lui, finalement. Je suis parti de cet état-là, dans
lequel je vois pas mal de gens et que j’ai sans doute traversé
aussi. C’est ce moment où on n’a plus de goût. Du coup, on n’a
peut-être plus que le goût des ruines. Soit on s’enfonce,
soit, par une espèce de sursaut, on se dit qu’il faut s’en
sortir. Pour lui, ça passe par effacer totalement son passé.”
Un personnage, un parcours…et une écriture.
Deux écrivains, une éditrice…une belle rencontre à venir : jeudi 19 octobre (18h30)
Et n’oubliez pas notre rendez-vous du mardi 17 octobre (18h30) :

 

Eureka 8e saison / 7e Rentrée Littéraire Participative !

Salut à toi, Ô Lecteur mon ami !

Oui tu as bien lu : c’est la 8e rentrée chez Eureka Street !
Et depuis la première en 2011, c’est la 7e Rentrée Littéraire Participative que nous organisons pour tes beaux yeux, tes jolies oreilles, pour tes lectures formidables !
La Rentrée Littéraire Participative, qu’est-ce que c’est ?
C’est tout simple :
ce grand évènement culturel se préparant en amont, dès les mois de mai – juin qui précèdent cette fameuse “exception française”, les éditeurs et leurs représentants, invitent les libraires et les professionnels du Livre à découvrir les romans qui paraîtront entre fin août et mi-octobre.
Ils expédient des livres gratuits, des services de presse, pour que nous puissions nous faire une idée précise des talents qui émergeront en cette rentrée.
Bénédicte a donc eu la généreuse idée de distribuer ces lectures gratuites à des lecteurs consentants en échange de la promesse d’un commentaire, d’un avis sur ladite lecture à l’occasion de ce rendez-vous que nous te proposons :
c’est cela la Rentrée Littéraire Participative à la mode Eureka Street !
Or donc, les jeux sont faits, les participants désignés, la sélection romanesque bouclée, il ne reste plus que la date et l’heure de ce grand rendez-vous :

Jeudi 05 Octobre à partir de 18h30 !

Penser à prévoir son carnet, son crayon, sa bouteille d’eau et sa soirée libre : ce sont des dizaines de titres de la littérature française et étrangère qui vont être chroniqués !
Prévoir également sa carte bleue ou tout autre moyen de paiement afin d’acheter des livres!
Eureka Street se dépense sans compter pour satisfaire TOUS les lecteurs : les enfants, les adultes, les fans de polars, les amateurs de science-fiction, les lecteurs de littérature les plus exigeants, comme ceux qui préfèrent la lecture-détente. Nous lisons des essais, des bandes-dessinées, nous proposons des livres d’art et des livres pratiques. Nous nous adaptons à toutes les demandes des particuliers comme des professionnels, mais

Eureka Street ne peut vivre que si vous lui achetez DES LIVRES !

A noter, tes prochains rendez-vous chez Eureka Street :
mardi 17 octobre, à partir de 18h30 : Bloody Fleury, la mise en bouche ! Pour commencer à saliver en attendant février, venez découvrir les ingrédients de notre cocktail 2018 entre auteurs confirmés, lectures d’extraits, et coups de cœur de vos libraires préférés!
jeudi 19 octobre, à partir de 18h30 : Rencontre avec les éditions Le Soupirail ! Présentation de cette petite mais formidable maison d’édition en présence de Bernard Allays pour Le Goût des Ruines et de Franck Magloire qui viendra nous présenter son dernier roman : Destination.
Alors à très bientôt !!!
Amicalement, Bénédicte & Pierre.

Dans le silence serein de ta librairie préférée, en ce mardi 12 septembre 2017…

Salut à toi, Ô Lecteur mon ami !

– “Alors, quelles sont les nouvelles ?” me demandes-tu gaiement en franchissant la porte.
– “Ben, euh, c’est le mois de Septembre, la rentrée Scolaire, la rentrée Sociale, la Rentrée Littéraire : c’est la Rentrée quoi !” te réponds-je un peu blasé…
– “Blasé ? Ça ne vous ressemble pas ?” t’étonnes-tu.
– “Ben, non pas vraiment, mais oui un peu quand même… Comment vous dire ?”

C’est vrai quoi : comment dire ?
Dire qu’après avoir ouvert Eureka Street en juillet 2010 ;
après avoir créé le Camion-Livre à la fin août de cette même année ;
après la “fameuse” inauguration du 18 septembre 2010 ;
après avoir organisé la première Soirée Rentrée Littéraire Participative le 28 septembre 2011 ;
après avoir proposé plus de 96 rencontres (d’écrivains, d’éditeurs, de poètes, de photographes, de journalistes…) en sept ans ;
après avoir participé à des centaines d’autres rencontres avec nos partenaires (IMEC, Bibliothèques, Salon du livre, etc.) ;
après tout ça, donc, comment t’avouer que je ne sais pas bien quoi te proposer de “nouveau” ?
Comme on se le disait hier soir avec notre copine Laure-Marie (comédienne, lectrice, dramaturge ET libraire de son état) :

“on ne va quand même pas de mettre une plume dans le cul
pour continuer à vendre des livres !”

On est des libraires, et des “pas trop mauvais” en plus, et basiquement, notre métier c’est :
acheter des livres aux éditeurs et les vendre aux lecteurs.
Si en plus on est sympa, qu’on propose un salon de thé, des livres d’occasion, et des soirées super cool, on peut dire qu’on fait le job, non ?
Alors bien sûr, on va continuer : continuer à te proposer de beaux romans, de chouettes bouquins, des putain de bonnes lectures !
Alors
bien sûr, on va continuer à animer, à rencontrer, à participer, encore
et toujours, comme nous l’avons toujours fait (voir le paragraphe
précédent).
Mais pour l’instant, là, maintenant, à part des livres : je n’ai rien a proposer de neuf…

Dans le silence serein de ta librairie préférée, en ce mardi 12 septembre 2017, signé :
Pierre Thomine.

PS : à venir prochainement, le programme de nos futures rencontres.
Lancement de saison fin septembre pour une soirée très très très originale : du jamais vu pour une Rentrée Littéraire contemporaine ! Aux confins du Punk et du subversif ! à suivre…

88 103 !

Salut à toi, Ô Lecteur mon ami !

Au moment où j’écris ces lignes, tu es (vous êtes !) 88 103 (quatre vingt huit mille cent trois !!!) à avoir une fois au moins lu ce blog : dingue non ?
Alors merci.
Je m’aperçois avec horreur que j’ai oublié de faire la promotion d’un chouette festival dont ta librairie préférée est partenaire depuis maintenant 5 ans, je veux parler des :
16es Rencontres d’été théâtre & lecture en Normandie !!!
La thématique de cette année ? La Liberté !

du 15 JUILLET AU 20 AOÛT 2017 : 5 semaines de festival,120 auteurs, comédiens, musiciens…
85 rendez-vous pour tous les publics & 50 lieux dans 20 villes normandes !
Au programme : un festival Textes en scène avec
de nombreuses créations et des temps forts consacrés à Octave Mirbeau,
des lectures de correspondances, des rencontres avec des auteurs, des
rendez-vous jeune public dans le cadre de Partir en livre la grande fête du livre pour la jeunesse, des événements culture et patrimoine…
 
Créé
en 2002 par la Compagnie PMVV le grain de sable, le festival met en en
scène la littérature sous toutes ses formes : spectacles,
repas-spectacles, lectures-concerts, brunchs littéraires, rencontres,
conférences, films, ateliers, concours d’écriture…
16
ans de créations, d’émotions et de passions ! Chaque été, de nombreux
écrivains, artistes français et européens rencontrent le public réuni
autour du plaisir du texte et de la scène.

Voici les rendez-vous de la 3e semaine à Trouville/Mer, Cabourg, Merville-Franceville et Houlgate :
Lundi 31 juillet à Trouville/Mer
– “Lettres à un jeune poète » : Les lettres de Rainer-Maria Rilke sont un manuel de la vie créatrice de portée universelle. “Michael Lonsdale, d’une simplicité bouleversante, un moment d’authenticité et de grâce”. Lecture-concert suivie d’un buffet.
Mardi 1er août à Cabourg et Trouville/Mer
– “Rencontre avec Jérôme Garcin” : Dans plusieurs de ses livres, Jérôme Garcin fait revivre des personnages qui furent des combattants de la liberté : Jacques Lusseyran, Jean Prévost, Jean de la Ville de Mirmont… Présentation : Martine Bel.
– “Rencontre avec Geneviève Damas” : À partir d’une des tragédies de notre actualité, Geneviève Damas compose un roman bref d’une étonnante densité : Patricia. Présentation : Pierre Vanderstappen.

 


“Partir” : Avec force et sobriété, Geneviève Damas, Laurence Vielle et
Vincent Granger portent puissamment les voix des migrants rencontrés en
France, en Italie ou en Belgique.
Mercredi 2 août à Trouville/Mer et Merville-Franceville
– “Rencontre avec Vénus Khoury Ghata” : Auteure d’une œuvre considérable et lauréate de prestigieux prix littéraires, Vénus Khoury-Ghata est romancière, traductrice, mais avant tout poète. Présentation : Martine Bel.
– “Lettres à ma fille” : Maya
Angelou fut l’une des voix les plus singulières et radicales de
l’Amérique, luttant sans relâche pour la dignité des Noirs et des
femmes. Lecture par Brigitte Fossey (création).

– “Deux siècles de traite des noirs et d’esclavage au Havre” : Près de 400 expéditions partirent du Havre qui devint le second port négrier français à la veille de la Révolution. Conférence par Eric Saunier.

Jeudi 3 août à Trouville/Mer
– “Sur la route… avec la Beat Generation” : Gérard Desarthe, accompagné du saxophoniste Virgile Vaugelade, nous offre une traversée à travers les textes de Jack Kerouac, Allen Ginsberg, William Burroughs (création).
Vendredi 4 août à Trouville/Mer
– “Alexis de Tocqueville, le voyage en Amérique” : Les
lettres échangées avec sa famille pendant son voyage témoignent de sa
découverte du Nouveau Monde et de la démocratie. Lecture-concert par la
Cie PMVV le grain de sable (création).
– “Tocqueville et la démocratie, risques, enjeux et perspectives” : Alexis de Tocqueville est le premier et le principal penseur de la démocratie moderne. Conférence par Jean-Louis Benoît, philosophe et spécialiste de Tocqueville.
Samedi 5 août à Houlgate
– “Rencontre avec Hubert Antoine” : Son dernier roman, Danse de la vie brève (Verticales) a obtenu le Prix Rossel 2016, distinction littéraire la plus prestigieuse en Belgique francophone. Présentation : Pierre Vanderstappen. – “Noir, rouge… et rosse” :  Une
lecture-concert taillée dans l’œuvre foisonnante d’un homme aux mille
facettes, dont la conscience fut une des plus aiguës de son temps. Un florilège Mirbeau par Jean-Luc Debattice et Nathalie Fortin (création).
Dimanche 6 août à Houlgate
– “Liberté ! Liberté chérie !” : Une anthologie littéraire et musicale autour de La Marseillaise. Repas-spectacle-concert (création) avec la Compagnie PMVV le grain de sable.
A noter également :

le concours d’écriture “Ma liberté, longtemps je t’ai gardée” Lettre
ouverte à…, du 1er juillet au 10 août, en partenariat avec 10
bibliothèques.
– l’exposition “Quelques nouvelles de derrière les barreaux”, du 10 juillet au 22 août dans 5 bibliothèques.
– l’exposition “20 images. 20 voyages. 20 illustrateurs”, dans le cadre de Partir en livre, la grande fête du livre pour la jeunesse, du 11 juillet au 22 août dans 3 bibliothèques.
 
Retrouvez le programme complet et toutes les informations sur notre site : www.rencontresdete.fr
La brochure est en ligne : http://www.rencontresdete.fr/images/stories/diaporama/visuels2017/brochureweb.pdfSinon, en guise de conclusion et parce que cela me servira de souvenir :
aujourd’hui, Eureka Street aime sa banque 😠😠😠

Allez, haut les coeurs et à très bientôt pour la rentrée littéraire !

Du Noir & des Muscles : rencontre avec Todd Robinson.

Salut à toi, Ô Lecteur mon ami !

Je m’adresse à toi pour pousser un cri : Aaaaaaaaaaaaaaaaaaahhhhh !
Non, la librairie Eureka Street n’est pas seulement un repère d’intellectuels à lunettes !
Non la librairie Eureka Street ne se résume pas à la grande littérature !!
Et si effectivement les Arts & Belles Lettres sont à l’honneur dans nos rayons, sur nos tables, avec nos invités, nous ne dédaignons pas non plus la sueur, les muscles, la testostérone, et l’humour bête & méchant !!!
Alors je t’en prie, Ô Lecteur mon ami, arrête un peu de nous ranger dans une case !
Laisse-nous te démontrer que l’humour de corps de garde, les blagues de carabins, et la finesse qu’on découvre dans les vestiaires de rugby ne sont pas persona non grata dans ta librairie préférée…
Accepte donc notre invitation à découvrir les romans noirs de l’écrivain américain Todd Robinson, le jeudi 15 juin, à partir de 18h30 :
avec l’aide d’un (ou d’une ?) traducteur (ou trice ?) nous évoquerons avec l’auteur, le plaisir et la rigolade qui surgissent à chaque pages à la lecture de Cassandra (The Hard Bounce 2013) et
Une Affaire d’Hommes (Rough Trade, 2016) traduits en 2015 et 2017, chez Gallmeister par Laurent Bury.

Boo et Junior ne se sont pas quittés depuis l’orphelinat. Aujourd’hui
adultes, ils sont videurs dans un club de Boston. Avec leurs deux cent
quinze kilos de muscles et leurs dix mille dollars de tatouages, ça leur
va plutôt bien de jouer les durs. Mais quand on leur demande de
rechercher la fille du procureur de Boston qui a disparu, ils vont
devoir recourir à autre chose qu’à leurs biceps. Que la gamine fasse une
fugue, soit. Il faut bien que jeunesse se passe. Mais quand elle se
retrouve sous l’emprise de ses mauvaises fréquentations, c’est une autre
histoire.
Cassandra.

Boo et Junior cultivent depuis toujours leur talent pour se mettre dans les pires
situations et s’en sortir avec de manière surprenante. Quand une de
leurs collègues leur demande d’avoir une conversation avec un petit ami
trop violent, nos deux compères sont trop heureux de jouer les
chevaliers servants. Lorsque le type en question est retrouvé mort, Boo
et Junior font des coupables parfaits.

Une plongée dans un Boston où l’élite se mêle aux truands en
compagnie des deux enquêteurs les plus drôles du roman noir américain.
Une Affaire d’Hommes.

Deux romans pour rire et pour frémir. Des dialogues qui envoient du lourd, des grossièretés à chaque pages, mais une humanité, une tendresse et de belles histoires d’amitié éternelle. On pense à James Crumley, à Joe Lansdale, on pense en définitive qu’il vaudrait mieux être amis avec Boo & Junior : il en va de notre longévité sur cette bonne vieille Terre.

Alors jeudi 15 juin, venez nombreux à la rencontre avec Mister Todd Robinson !