On a beau la critiquer, ça fait quand même quelque chose !

Ah,
prendre le cutter et d’un coup sec et précis éventrer les cartons.
Et alors
se pencher sur les nouveaux romans…
Réceptionner,
pointer, ranger, renifler, regarder, retourner, lire ou relire le
4ème de couverture…
Ah, zut,
ce grand livre lu il y a une quinzaine de jours en vacances n’est pas
encore arrivé,
tiens,
celui-ci, pas encore remarqué, pas encore lu, peut-être un livre
important ?
Mais
oui, celui-là, à qui on doit de beaux moments d’émotion, il est
là, ouf !
Ils sont
là aussi, les obscurs, les sans grades,
que la
bagarre commence et que fleurisse le talent !
Il est
là aussi, comme tous les ans depuis 21 ans le dernier Amélie
Nothomb,
et je
lui adresse silencieusement une pensée, finalement attendrie.
Quel bon
et beau moment de la vie du libraire,
dont le
dos courbé se redresse….difficilement en fin de journée,
parce
que quand même, il y en a encore beaucoup cette année, des
nouveautés !
Ça y
est donc, ils sont là !!!
Ils sont
là ces livres dont les gens du métier parlent depuis le printemps.
Il est
là le roman de l’écrivain que nous avons la joie de recevoir en
septembre :
Manuel
El Negro
, édité chez Fayard, une très fiévreuse et
magnétique balade dans la musique des gitans d’Andalousie et leur
flamenco enivrant par le talentueux David Fauquemberg.
C’est
Melchior, le guitariste et ami d’enfance de Manuel le cantaor,
c’est lui, le gadjo qui raconte l’histoire de son ami, génie
torturé. 
 
Jeudi
12 septembre, 18h30, repartons tous loin très loin, en Andalousie
avec
David Fauquemberg et son roman flamenco, Manuel El Negro.
Couverture
David
Fauquemberg est l’auteur de Nullarbor, inspiré par un périple
tragique dans l’ouest de l’Australie. Publié chez Hoëbeke, ce
roman très remarqué a obtenu le Prix Nicolas Bouvier 2007 et a été
élu parmi les 20 Meilleurs livres de l’année 2007 RTL/LIRE et
parmi les 10 Meilleurs livres de l’année 2007 de la revue
Technikart.
Son
deuxième livre, Mal tiempo, Fayard, une plongée dans
l’univers de la boxe à Cuba, a obtenu le prix Millepages 2009, le
Prix des Hebdos en région 2010 et le Prix de la Ville de Caen 2010. 
 
Voici
donc donné le coup d’envoi de la Rentrée Littéraire !
A propos
de rentrée littéraire, venez comme l’année dernière emprunter un
service de presse et ainsi vous préparer à la soirée «Rentrée
littéraire d’Eureka Street» du 3 octobre où nous partagerons
joyeusement nos bonheurs et nos déceptions de lectures :
Les
libraires vous parleront ce soir là du cru 2013, et ceux d’entre
vous qui le souhaitent donneront leur avis.
À nous
tous, c’est sûr, nous recréerons le meilleur des Salons littéraires
qui soit !
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *