Mais que lire cet été ? 52 propositions !

Salut à toi, Ô Lecteur mon ami !

devant tant d’insistance, je cède :
tu trouveras ci-dessous la liste des livres présentés à l’occasion de notre soirée “Livres de l’été” 2018.
Bonnes lectures & bel été !
Amicalement,
Bénédicte & Pierre.

Ps1 : les commandes par mail (contact@eurekastreet.fr) ou par téléphone (0231501337) sont tout à fait possibles. On peut même créer son panier sur le site: Place Des Libraires Point FR (tout attaché) et ainsi réserver ses livres chez son libraire favori en sélectionnant dans l’onglet région… Normandie puis Eureka Street bien sûr !

Ps2 : en noir, les livres lus par Bénédicte, en bleu les lectures de Pierre.
Sur les 62 titres présentés le 5 juillet, nous en avons supprimé dix pour ne laisser que les plus importants…

  1. Le libraire de Wigtown, Schaun Bythell, Autrement / Littérature /Écosse
  2. Dans la forêt ; Jean Hegland ; Totem Gallmeister / Littérature /États-Unis
  3. L’année du lion ; Deon Meyer ; Seuil / Post-apocalyptique / Afrique du Sud
  4. La fonte des glaces ; Joël Bacqué ; P.O.L / Littérature /France
  5. Ma ZAD ; Jean-Bernard Pouy ; Série Noire Gallimard / Roman noir /France
  6. Salut à toi Ô mon frère ; Marin Ledun ; Série Noire Gallimard / Roman noir /France
  7. En Camping-Car ; Ivan Jablonka ; Seuil / Littérature /France
  8. Ma part de gaulois ; Magyd Cherfi ; Babel / Littérature /France
  9. L’été circulaire ; Marion Brunet ; Albin Michel / Roman noir /France
  10. Les garçons de l’été ; Rebecca Lighieri ; Folio / Littérature /La Réunion-France
  11. My absolute darling ; Gabriel Tallent ; Gallmeister / Littérature /États-Unis
  12. La petite gauloise ; Jérôme Leroy ; La Manufacture du livre / Littérature /France
  13. Exécution à Victory ; Craig S. Zahler ; Totem Gallmeister / Roman noir /États-Unis
  14. Une assemblée de chacals ; Craig S. Zahler ; Gallmeister / Roman noir /États-Unis
  15. Circé ; Madeline Miller ; Rue Fromentin / Littérature / Méditerranée
  16. Une odyssée, un père, un fils, une épopée ; Daniel Mendelsohn ; Flammarion / Littérature /Méditerranée
  17. Deux hommes de bien ; Arturo Perez-Reverte ; Points / Littérature /Espagne
  18. Bluff ; David Fauquemberg ; Stock / Littérature /Nouvelle-Zélande
  19. Le Lambeau ; Philippe Lançon ; Gallimard / Littérature /France
  20. Jérusalem ; Alan Moore ; Inculte / Littérature /Angleterre
  21. Avant la chute ; Noah Hawley ; Série Noire Gallimard / Roman noir /États-Unis
  22. Le bon père ; Noah Hawley ; Folio Policier / Roman noir /États-Unis
  23. Brasier noir ; Greg Iles ; Actes Sud Noirs / Roman noir /États-Unis
  24. Hével ; Patrick Pécherot ; Série Noire Gallimard / Roman noir /France
  25. Maison du soleil levant ; James Lee Burke ; Rivages / Roman noir /États-Unis
  26. Déposer glaive et bouclier ; James Lee Burke ; Rivages noirs / Roman noir /États-Unis
  27. Le serpent de l’Essex ; Sarah Perry ; Bourgois / Littérature /Angleterre
  28. Une longue impatience ; Gaëlle Josse ; Noir Sur Blanc / Littérature /France
  29. Une mère ; Alejandro Palomas ; Pocket / Littérature /Espagne
  30. Dans l’épaisseur de la chair ; Jean-Marie Blas de Roblès ; Zulma / Littérature /Algérie – France
  31. Patria ; Fernando Aramburu ; Actes Sud / Littérature /Pays Basque
  32. Tout autre nom ; Craig Johnson ; Gallmeister / Roman noir /États-Unis
  33. A vol d’oiseau ; Craig Johnson ; Points / Roman noir /États-Unis
  34. Meurtres sur la Madison ; Keith McCafferty ; Gallmeister / Roman noir /États-Unis
  35. Tout cela je te le donnerai ; Dolores Redondo ; Fleuve / Roman noir /Espagne
  36. Money Shot ; Christa Faust ; Totem Gallmeister / Roman noir /États-Unis
  37. La justicière et les filles perdues ; Amy Stexart ; 10/18 / Roman noir /États-Unis
  38. Mamie Luger ; Benoir Philippon ; Les Arènes – Equinox / Roman noir /France
  39. Little America ; Henry Bromell ; Gallmeister / Roman noir /Korach – Moyen-orient
  40. Milena ou le plus beau fémur du monde ; Jorge Zepeda Patterson ; Actes Sud Noirs / Roman noir /Mexique
  41. Les chiens de chasse ; Jorn Lier Horst ; Série Noire Gallimard / Roman noir /Norvège
  42. Avant que les ombres s ‘effacent ; Louis-Philippe Dalembert ; Points / Littérature /Haïti
  43. Désorientale ; Négar Djavadi ; Liana Lévi / Littérature /Iran – France
  44. Canari ; Duane Swierczynski ; Rivages noir / Roman noir /États-Unis
  45. Manhattan vertigo ; Colin Harrison ; Belfond / Roman noir /États-Unis
  46. Les furies ; Lauren Groff ; Point / Littérature /États-Unis
  47. Amour monstre ; Katherine Dunn ; Totem Gallmeister / Littérature /États-Unis
  48. Que la guerre est jolie ; Christian Roux ; Rivages / Roman noir /France
  49. Vernon Subutex T1+T2+T3 ; Virginie Despentes ; Livre de Poche / Littérature /France
  50. La gouvernante suédoise ; Marie Sizun ; Folio / Littérature /Suède – France
  51. Au commencement du septième jour ; Luc Lang ; Folio / Littérature /France
  52. Les jeux de Némésis (toute la série The Expanse !); J. Corey ; Actes Sud+Babel / S-F / space-opéra

Ne pas y aller par quatre chemins : le 28 juin & le 5 juillet

Salut à toi, Ô Lecteur mon ami !

Aujourd’hui, c’est grammaire/conjugaison. Exercice pratique.
Conjuguer au futur simple : “Ne pas y aller par quatre chemins”.
JE n’irai pas par quatre chemins,
TU n’iras pas par quatre chemins,
IL n’ira pas par quatre chemins,
NOUS n’irons pas par quatre chemins,
VOUS n’irez pas par quatre chemins,
ILS n’iront pas par quatre chemins.
Or donc, Lecteur mon ami,
je n’irai pas par quatre chemins :
voilà l’été !
Et l’été, tu t’en vas habituellement
baguenauder vers les ailleurs.
Tu remplis ton sac, ta valise,
le coffre de ton automobile des effets nécessaires au bon déroulement de tes vacances bien méritées.
Tout cela est bel & bon et je suis bien content pour toi.
MAIS ! (car il en a un, tu t’en doutais depuis le début. Tu me connais bien…)
Mais as-tu seulement pensé à tes lectures de l’été ?
Et ne sais-tu pas qu’un été sans lecture n’est pas un bon été ?
Et où donc crois-tu les dénicher tes lectures d’été, hein ?
Chez Eureka Street bien sûr !
Alors TU n’iras pas par quatre chemin car il n’y en a qu’un seul :
direction ta librairie préférée, la belle Eureka Street, pour te faire conseiller les livres qui éclaireront ton été.
Nous te proposons donc DEUX rendez-vous immanquables pour
t’aider à choisir :

-Rendez-vous jeudi 28 juin, à partir de 18h30, pour une chouette soirée participative, au cours de laquelle, des lecteurs, amis fidèles de la librairie, des collègues à toi, lecteurs comme toi, des gens sympas comme toi et tous fébriles comme on est lorsqu’on prend la parole en public, viendront nous présenter le (ou les) livre(s), paru depuis septembre 2017, qu’il faut, selon eux, absolument avoir lu.
Et puis…
-Rendez-vous le jeudi 5 juillet, à partir de 18h30, pour LA soirée “Livres de l’été” que tes libraires te proposent depuis juillet 2012,
soirée au cours de laquelle nous te présenterons nos plus chouettes lectures de l’année.
De quoi remplir ta valise avec des livres fantastiques !!!

PS : tu le sais déjà, Ô Lecteur mon ami, que la vie n’est pas facile tous les jours pour tes amis libraires.
Alors, ce petit message pour te rappeler combien il est vital pour nous (nous comme tes libraires d’Eureka Street bien sûr, mais aussi nous comme toutes les librairies indépendantes, mais également nous comme la majorité des commerces indépendants des centre-villes de France et de Navarre) que tu achètes tes livres chez nous et pas ailleurs.
Pas sur Ama—-, pas chez Cul—-, pas au Mono—- du coin :
chez nous et pas ailleurs !
Ici à Caen, le centre-ville se meurt depuis de longs mois, parce que TU penses qu’il est devenu inaccessible avec tous ces travaux partout.
Parce que TU considères que les places de parking sont trop chères et trop peu nombreuses.
Je crois que TU ne comptes pas les kilomètres et le carburant dépensé lorsque TU vas faire tes courses dans les grandes surfaces, je me trompe ?
Peut-être qu’en plus, TU ne lis plus ? Plus de livres, plus de romans, plus d’essais ?
Je ne veux pas le croire…
Mais laisse-moi te dire une chose :
si le boycott est l’une des manières de protester des plus efficaces, l’inverse est aussi vrai.
Choisir chez qui on achète est une manière efficace de peser sur le monde dans lequel on vit.
C’est à TOI et à toi seul, Ô Lecteur mon ami, que revient le choix de ce que TU consommes et de chez QUI tu l’achètes.
Ce qui est vrai pour la filière Bio, l’est aussi pour la librairie indépendante :
en achetant chez Eureka Street, tu contribue à maintenir un
commerce indépendant dans TON centre-ville.
C’est un choix de vie.
Et puis, si tu ne le savais pas, alors je te le dis :
LE PRIX DU LIVRE EST UNIQUE !
C’est-à-dire que tel titre (neuf) vendu ici 20€ sera vendu ailleurs (partout !) 20€ ! Où que ce soit en France : du nord au sud, de l’est à l’ouest, le même livre est au même prix !
Ne te reste plus qu’un choix à faire :
choisir le libraire qui te convient le mieux…
Voilà, c’est dit.

On espère te voir bientôt, et on te souhaite un bel été.

Des pommes, des poires et des scoubidoubidou ouah !

Salut à toi, Ô Lecteur mon ami !

Aujourd’hui, pas de rendez-vous à t’annoncer, mais un jeu à te
proposer !
Le Grand Quizz du Mois de Juin…
Alors sais-tu, à Caen, dans quel endroit unique on peut trouver
à la fois :

  • des livres neufs et des livres d’occasion ?
  • du café, du thé et des cartes postales ?
  • des BD(s) et des revues ?
  • les œuvres d’art d’Annette Vassiliu et des lampes design de Akarika ?
  • des conseils et des sourires (les deux étant personnalisés !!!) ?
  • et… des DVD(s) : films, docs, dessins animés ?

Mais chez Eureka Street bien sûr !
Et il y en a des liens à établir entre les livres et les films : regarde un peu ci-dessous, la variété de ce qu’on te propose !


Un livre et une série qui racontent le quotidien de drôles de libraires !
Un livre et un documentaire indispensable pour prendre l’exacte mesure de l’horreur…


Un classique incontournable et l’histoire incroyable d’une tentative d’adaptation !


Un roman et un film sur les femmes comme objets de pouvoir.
Le livre qui a donné naissance au classique de Marcel Carné !
Un livre et un film… féministe ! (on en a plein d’autre !)
On a même des films de Charlot !!!
Alors plus d’hésitations : direction Eureka Street !

(Ps: tous ces films et tous ces livres sont en stock à l’heure où j’écris ces lignes, tu peux donc les réserver par mail, téléphone ou même sur le site placedeslibraires.fr  en choisissant ta librairie normande favorite !)

Les rois d’Islande : Rencontre jeudi 17 mai !

Salut à toi, Ô Lecteur mon ami !

Deux rencontres immanquables dans la même semaine : c’est aussi ça la magie d’Eureka Street !

C’est donc avec un grand plaisir que nous t’invitons à te précipiter dans ta librairie préférée
le jeudi 17 mai (à partir de 18h30)
pour une rencontre picaresque avec
Einar Már Guðmundsson , grand écrivain islandais, son traducteur le fameux Éric Boury, tout cela sous les auspices de l’audacieuse maison d’édition : Zulma !

Einar Már Guðmundsson, né en 1954, est l’auteur d’une dizaine de romans, traduits en plus de vingt-cinq langues.
Récompensé par de nombreux prix littéraires, il a notamment reçu le Nordic Council Literature Prize, la plus haute récompense décernée à un écrivain des cinq pays nordiques, l’Íslensku bókmenntaverðlaunin, le plus prestigieux prix littéraire d’Islande, et le Swedish Academy Nordic Prize – dit « le petit Nobel » – pour l’ensemble de son œuvre.

Dans son œuvre, Einar Már Guðmundsson parle du quotidien en le transfigurant : les notions de réel, d’imaginaire et de surnaturel ne sont qu’une seule et même réalité globale.

Les Rois d’Islande est sorti en février 2018 chez Zulma, dans une traduction d’Éric Boury :
Le clan Knudsen règne depuis plus de deux siècles sur Tangavík – petit port de pêche ? Fief d’armateurs ? – question de point de vue.
Chez les Knudsen, on est potentiellement marin de père en fils, sauf à faire carrière à la caisse d’épargne…
On compte dans la famille des grands hommes, des hôtesses de l’air et de gentils simplets.
Ils ont été marins, ministres, aviateurs, bandits, avocats et parfois tout cela en même temps.
Les Knudsen ont bâti des empires et les ont perdus.
Toujours persuadés, de génération en génération, d’être les Rois d’Islande !

Or donc, après un mardi 15 mai au bon goût bulgare et avant un Salon du Livre (Époque) aux saveurs très françaises, viens déguster, Ô Lecteur mon ami,
la «cuisine» surprenante de nos voisins d’Islande !
Rendez-vous le jeudi 17 mai à partir de 18h30 avec Einar Már Guðmundsson et tous les rois d’Islande !

Les Cosmonautes ne font que passer

Salut à toi, Ô Lecteur mon ami !

Tu ne le savais peut-être pas, mais ta librairie préférée est partenaire de cette prestigieuse institution culturelle qu’est : L’Imec !

L’Imec c’est l’Institut Mémoires de l’édition contemporaine qui rassemble, préserve et met en valeur des fonds d’archives et d’études consacrés aux principales maisons d’édition, aux revues et aux différents acteurs de la vie du livre et de la création contemporaine : éditeurs, écrivains, artistes, chercheurs, critiques, graphistes, libraires, imprimeurs, revuistes, traducteurs, journalistes…

L’Imec occupe ce merveilleux bâtiment aux portes de Caen qu’est l’Abbaye d’Ardenne, tu sais bien ! A Saint-Germain-La-Blanche-Herbe. Voilà : tu y es !

Photo : Catherine Hélie – Éditions Gallimard

Or donc, nous sommes la librairie partenaire de l’Imec et, dans ce cadre, nous avons le plaisir de t’inviter à rencontrer une jeune auteure : Elitza Gueorgieva.

Elitza Gueorguieva est accueillie en résidence à l’abbaye d’Ardenne de mars à mai 2018, en partenariat avec le Centre national du Livre et « Époque, le salon des livres qui éclairent notre temps » de la Ville de Caen.

Cinéaste, performeuse et auteure, Elitza Gueorguieva, née à Sofia, vit et travaille depuis quinze ans à Paris.

Elle a réalisé plusieurs vidéos, à la limite du documentaire et de la fiction, et un film d’archives intitulé Chaque mur est une porte en février 2017 (deux mentions spéciales au Cinéma du Réel à Paris, prix spécial du festival Transcinema au Pérou, prix des lycéens aux Escales Documentaires de la Rochelle). Elitza Gueorguieva ira présenter son film au One World Romania – International Human Rights Documentary Film, le 17 mars 2018, à Bucarest.

Son premier roman : Les Cosmonautes ne font que passer a été publié aux Éditions Verticales en septembre 2016 (Prix SDGL André Dubreuil du premier roman). Elle a également publié des textes courts dans différentes revues (Dyonisies, Jef Klak, Le Magazine Littéraire notamment).

Donc, Lecteur mon ami, je te propose de noter ce rendez-vous : Le mardi 15 mai (à partir de 18h30) dans ta librairie Eureka Street, Catherine Jezequel, Gwendoline Hamel, Raphaël Deshogues, Nora Tidghi, tous quatre élèves du conservatoire de Caen, partenaire de la rencontre, liront des extraits du roman d’Elitza Gueorguieva, Les Cosmonautes ne font que passer. Une discussion avec l’auteur suivra ce moment de lecture, elle sera animée par Anaïs Lemoine et Adèle Jacquet, étudiantes de 3e année de Licence Lettres Modernes de l’université de Caen, également partenaire de ce rendez-vous avec le public !

“Filles et garçons atypiques” : rencontre jeudi 19 avril avec Clotilde Lemarchant

La mixité est officialisée depuis 1975 dans le système scolaire français.
Pourtant, comment expliquer que le succès des filles à l’école dans toutes les disciplines n’a pas remis en cause leur absence dans de nombreuses formations dites de « sciences et techniques » ?
Pourquoi les garçons manquent-ils eux aussi dans certaines spécialités, de fait largement féminines ?

Ce livre s’intéresse aux jeunes atypiques car minoritaires, en tant que filles ou garçons, dans les formations techniques.
Quelles sont leurs motivations, leurs profils, leurs projets
et l’accueil qui leur est réservé ?
Quelles résistances rencontrent-ils dans leur intégration ?
Comment les politiques publiques, les familles et les personnels des lieux de formation accompagnent-ils ces démarches et expériences uniques en leurs genres ?

Clotilde Lemarchant fait le point sur ces situations qui illustrent
l’inachèvement de la mixité dans certains espaces de notre société, et
l’impensé de certaines questions ayant trait au genre et à la technique.

Clotilde Lemarchant est maitresse de conférence en sociologie à l’université de Caen et chercheuse au Centre Maurice Halbwachs.

Rendez-vous jeudi 19 avril à 18h30

Bluff : 19 000KM + 335pages = 1 rencontre avec David Fauquemberg !

Salut à toi,Ô Lecteur mon ami !
Prêt à accompagner tes libraires préférés dans une nouvelle aventure ?
Direction 46° 36′ 00″ Sud, 168° 20′ 00″ Est :
Viens rencontrer David Fauquemberg jeudi 5 avril à 18h30.
Il te parlera de son dernier livre Bluff, édité chez Stock.

Bluff, donc, Bluff est le port le plus au sud de la Nouvelle Zélande, il est situé dans les quarantièmes rugissants. David Fauquemberg, en grand connaisseur de cette région du monde où il a vécu deux ans, nous embarque dans une partie de pèche en plein hiver austral, avec pour compagnons un capitaine Maori, un géant Tahitien…et un Frenchie, homme d’équipage taiseux.
Le livre à peine ouvert, te voilà happé Ô Lecteur mon ami par la sauvagerie de la mer, du vent, des courants, des falaises…et par une langue qui rend à merveille leur violence et leur beauté.
Bluff est un roman maritime, mais pas seulement, Bluff est un roman d’aventure mais pas seulement,
Bluff est le grand roman d’un écrivain accompli, un “bourlingueur des quatre vents qui n’aime pas trop qu’on le
classe «écrivain-voyageur”. 

C’est aussi un chant d’amour pour cette région du globe, la sagesse des anciens Maoris et leur lecture des étoiles et du vol des oiseaux.
Tu l’auras compris, voici encore une rencontre à ne pas manquer !

Jeudi 5 avril à 18h30






Entré en littérature en 2007 après un long
séjour en Australie, avec le récit
Nullarbor immédiatement consacré par le prix Nicolas-Bouvier, il alterne les reportages (pour les revues XXI et Long cours,
notamment) et les travaux de traduction ou les collaborations à divers
guides de voyage. Fondés à chaque fois sur une immersion préalable dans
les milieux évoqués,   ses romans ultérieurs, de
Mal tiempo en 2009, dont la figure centrale est un boxeur cubain, à Manuel El Negro,
en 2013, plongeant dans l’univers du flamenco andalou, relèvent d’une
expérience existentielle intense jamais bornée au premier degré du
reportage
ou du témoignage”
Médiapart.

Bloody Fleury : c’est parti ! [du 2 au 4 février à Fleury/Orne]

Salut à toi Ô Lecteur mon ami !

Pour la troisième année consécutive ta librairie préférée est partenaire de ce super festival dédié à toutes les littératures policières : Bloody Fleury !

Sache que cette année encore il y en aura pour tous les goûts : des thrillers, des romans noirs, des polars américains (!!!), des polars pour les grands, des polars pour les petits, des BD-polars (avec la librairie BD’R’Art) et des polars d’occasion (avec le Coin du Polar).
Tu trouveras le programme complet de Bloody Fleury en suivant ce lien
Je ne t’en dirai pas beaucoup plus aujourd’hui, Ô Lecteur mon ami : je me dois de rester un peu mystérieux !
Ci-dessous, quelques photos qui résument bien ces dernières semaines :
préparer un festival, c’est du boulot !

Polars dans la boutique.

 

Polars dans la vitrine.

 

 

Pouy dans la vitrine.

 

Hinkson dans la vitrine.

 

Milian dans la vitrine.

 

Polars dans mon salon…

Rendez-vous donc vendredi 2 février à partir de 16h30 !
Vive le polar et vive Bloody Fleury !

Rencontre avec Frank Lanot jeudi 18 janvier

Salut à toi, Ô Lecteur mon ami !

La fidélité, chez Eureka Street, ce n’est pas seulement sous forme de “carte” (de fidélité…) que nous la pratiquons…
La camaraderie, chez Eureka Street, ce n’est pas seulement envers les auteurs que nous la défendons : tu le sais bien, Ô Lecteur mon ami, que nous sommes tes amis, tes camarades de lecture !
Quant au retour à la terre, chez Eureka Street, c’est avec le Camion-Livre que nous roulons dans la boue !

C’est encore de fidélité, de camaraderie, de retour à la terre, mais aussi des liens qui nous unissent au passé, aux maisons, au pays, aux autres dont il est question dans : Retour à Blanchelande, le troisième roman de Frank Lanot qui vient de paraitre chez Le Passeur éditeur.

Et nous avons le plaisir de t’inviter à venir rencontrer Frank Lanot le jeudi 18 janvier 2018 à partir de 18h30 !
C’est Christine Hauzé-Delgado , professeure de lettres, qui nous fera l’amitié d’animer cette rencontre-dédicace avec Frank Lanot.

Résumé de Retour à Blanchelande :
A la mort d’Antoine, Simon découvre Blanchelande, un hameau de Normandie
où son ami s’était retiré. Quand meurt un camarade, qu’advient-il de
l’amitié ? Quel avenir la mémoire invente-t-elle ? Sur les traces
d’Antoine, Simon rassemble les amis d’autrefois, unis dans leur passion
intacte pour le football, et met ses pas dans ceux du disparu. A
Blanchelande, il rejoue à sa manière cet exil loin des fourmillantes
cités. L’âme de la maison, enracinée au coeur des paysages normands,
conquiert Simon qui prend conscience des promesses et des menaces du
moment présent, en même temps que de la séduction profonde des années
enfuies. Antoine, l’intellectuel retiré du monde, avait fait la
rencontre de Slimane, un gamin venu des quartier périphériques de la
ville voisine. Simon, à son tour, prendra l’enfant sous son aile. Mais
Tariq, le frère aîné en voie de radicalisation, refuse cette relation
presque filiale qu’il identifie à une trahison. Que peut répondre
l’amitié face à la violence qui monte ? Retour à Blanchelande est le
roman de la nostalgie des liens que le temps n’efface pas et des
retrouvailles avec des territoires ancrés dans une longue tradition.

Rendez-vous donc jeudi 18 janvier à partir de 18h30 !
Qu’on se le dise & Venez nombreux  !

Rentrée Littéraire suite & fin : venez découvrir le magnifique “Femme à la mobylette” de Jean-Luc Seigle !

Salut à toi, Ô Lecteur mon ami !

Continuons nos rencontres avec des
écrivains d’aujourd’hui :
après Frank Magloire (Destination) et
Bernard Allays (Le Goût des ruines) en octobre, 
Lola Lafon (Mercy Mary Patty) en
novembre,
ce mois-ci, viens rencontrer un autre
écrivain qui explore le réel : Jean-Luc Seigle.

Comment l’onde de choc de
l’Histoire et/ou de l’évolution de la société pénètre la vie
ordinaire des gens et peut quelquefois l`empoisonner : c’est tout le
sens du travail de Jean-Luc Seigle.
 
Il réactive ici un genre qu’ont
magnifié Hugo et Zola ; insuffle du beau, du sentiment, du
romanes­que dans ce qui pourrait n’être qu’un tragique fait
divers
” Fabienne Pascaud.
Femme à la mobylette : le titre évoque
le tableau bien sombre d’un Maitre flamand.
Abandonnée par tous avec ses trois
enfants, Reine n’arrive plus à faire face. Sa vie finit par
ressembler à son jardin qui n’est plus qu’une décharge. Son
horizon paraît se boucher chaque jour davantage, alors qu’elle
porte en elle tant de richesses. Seul un miracle pourrait la
sauver… Et il se présente sous la forme d’une mobylette bleue.
Cet engin des années 1960 lui apportera-t-il le bonheur qu’elle
cherche dans tous les recoins de ce monde et, surtout, à quel prix
?
Jean-Luc Seigle dresse le portrait entêtant d’une femme
ordinaire au bord du gouffre. Ce faisant, c’est une partie de la
France d’aujourd’hui qu’il dépeint, celle des
laissés-pour-compte que la société en crise martyrise et oublie.
C’est un autre écrivain, Frank Lanot,
qui interrogera Jean-Luc Seigle, vous pouvez lire ici : Livre Échange
le très bel article qu’il lui consacre dans la revue du Centre
Régional des Lettres.

Rendez-vous jeudi 7 décembre à 18h30,
avec Jean-Luc Seigle et Frank Lanot.